Où nous tombons en amour une fois de plus avec le Québec

Publié le par JB et Céline

Le Québec nous réserve décidément bien des surprises. Samedi fut encore une journée pleine de découvertes et de rebondissements, et une fois encore, c'est à Catherine que nous le devons (ne pensez-vous pas qu'elle mériterait largement la médaille de la meilleure amie? Je le pense, en tout cas).

 

Comme vous suivez très religieusement cet humble blog, vous savez que Catherine a changé de travail (mais quel est le rapport avec les fraises des bois? Patience, j'y arrive). Elle est désormais responsable du développement culturel et touristique de la Vallée-du-Haut-Saint-Laurent, en Montérégie (une région au sud de l'île de Montréal, vers la frontière américaine). Dans le cadre de ses nouvelles fonctions, et parce qu'elle est le sérieux incarné, Catherine s'oblige à faire toutes les attractions touristiques de son nouveau territoire. Dans sa grande mansuétude, elle nous a proposé de l'accompagner, samedi dernier, visiter un site historique iroquoien, nous promettant une journée pleine de surprises et de rebondissements.

 

Pour le coup, des surprises et des rebondissements, on en a eu, le premier à peine 15 minutes après être partis... une section de l'échangeur Turcot (le plus moche échangeur du monde entier, qui tombe à moitié en ruine, situé à la sortie de la ville de Montréal) était fermé pour travaux... justement là où nous devions passer! Bien entendu, nous n'étions pas les seuls à avoir eu l'idée de sortir de la ville en cette journée magnifique (car il faisait un temps splendide!). Une demi-heure plus tard, nous sortions de la déviation pour reprendre notre chemin environ 200 mètres plus loin, direction "le pont le plus épeurant du monde", dixit Catherine. Un statut de fait qui s'est confirmé rapidement, lorsque l'on a vu que ce pont, appelé pont Mercier, non seulement n était pas très attrayant point de vie esthétique, mais en plus manquait sérieusement de rembardes dignes de ce nom... c'est effectivement assez effrayant!

 

Et à partir de là, chers amis et chère famille, nous avons passé une journée une fois encore inoubliable!

La Montérégie, c'est la campagne. Une campagne qui, par bien des côtés, ressemble à toutes les autres campagnes (et a la même odeur que toutes les campagnes, :D) et qui procure le même plaisir que toutes les campagnes, celui de la détente, du silence, de la nature, si belle. Des vaches qui paissent au bord de l'eau (et Catherine et moi qui chantions à tue-tête Made in Normandie), des champs de blé d'inde (aussi appelé maïs) à perte de vue... ça m'a un peu rappelé la Normandie, pour être franche!

 

Nous nous sommes arrêtés dîner dans un petit restaurant, Le Riverain, réputé pour la qualité des produits qu'il propose, uniquement des produits du terroir. Et il est installé au bord d'une rivière, ce restaurant... histoire d'en avoir plein la vue en plus d'en avoir plein la bouche!

 


Histoire de faire descendre le repas, nous sommes allés faire quelques pas dans le village, appelé Ormstown (pour vous situer, nous sommes à une quarataine de km de la frontière américaine, là). Un petit village paisible et calme, des jolies maisons, certaines ayant besoin de rénovations... un joli cimetière aussi, des églises charmantes, du soleil, bref, un cadre parfait.

 


Retour à la voiture, direction le site Droulers, une reconstitution historique des habitations iroquoienne du Haut Saint Laurent, à partir des découvertes faites dans le sol de la région. Nous avons fait la visite guidée et l'archéologue, un homme passionné par ce qu'il fait, nous a dévoilé les moindres secrets de la vie des iroquoiens avant l'arrivée de Jacques Cartier. Saviez-vous que dans certains clans, les autochtones pouvaient vivre jusqu'à 10 ou 12 familles dans une maison longue de 50 mètres de long? Quand on voit la taille de leur "paillasses", on se demande comment ils arrivaient à dormir à 5 dessus! Surtout lorsque les enfants commencent à devenir grand!

 


Et saviez-vous que les iroquoiens vivaient dans une société matriarcale, c'est-à-dire que ce sont les femmes qui dirigent, en fait, et les hommes obéissent... ça fait rêver, hein??? Je plaisante.

 

Ce fut une visite très intéressant sur le plan de la civilisation. Les tribus autochtones avaient vraiment une manière très différentes d'aborder la vie et les choses et tous les trois, nous avons vraiment aimé découvrir cet univers, avoir la possiblité de nous représenter leur vie, leurs jeux, leurs soupers... c'est tellement intéressant, l'histoire! Je trouve qu'à l'école, on nous fait détester l'histoire en nous obligeant à apprendre par coeur des dates, des faits historiques, des noms et des chronologies, sans visage, sans chaleur, sans amour. C'est triste car cela détourne de la matière beaucoup d'élèves qui n'y reviendront plus après. J'ai redécouvert l'histoire une fois que je suis sortie de l'école et j'avoue que je préfère l'apprendre toute seule, ou avec des personnes passionnées telle que le monsieur qui nous a fait la visite guidée. Des hommes comme cela parviennent à communiquer leur passion, c'est extraordinaire! Mais je m'égare... n'hésitez pas à aller voir l'album photo que j'ai publié, j'ai fait plein de photos!!

 

Après la visite, Catherine et nous étions conviés à prendre l'apéritif chez une ancienne collègue à elle, qui, tenez-vous bien, est propriétaire d'un chalet au bord d'un lac. Le Lac Saint-François n'est pas tellement un lac, en fait, il s'agit plutôt du Saint-Laurent qui forme une sorte de lac à cet endroit, c'est à peine si on voit l'autre rive... Il était 18h, le soleil commençait à baisser à l'horizon... et là, nous sommes retombés à nouveau en amour avec le Québec... c'était vraiment le paradis sur terre. L'eau du fleuve était tellement claire, tellement propre, il faisait tellement beau, c'était tellement beau... les payasages, les maisons splendides... nous ne nous en sommes pas encore remis d'ailleurs!


 

Toute la rive du Saint-Laurent est habitée. Et comme au Québec, la coutume n'est pas de mettre des clôtures et des hais, tout au long de la route qui longe le fleuve, sur le retour vers Montréal, nous avons pu admirer la beauté du fleuve et des maisons. Toutes, du coup, ont accès au fleuve directement. Les maisons sont directement au niveau de l'eau (il semble que le fleuve n'ait pas de problème de crue, en même temps, vu la taille, il va en falloir, des litres d'eau avant qu'il ne déborde!! :D). Habiter en bordure du fleuve comme ça doit être tout simplement merveilleux. J'en rêve! Et finalement, les habitations ne sont pas siiiiii chères que cela. En tout cas, comparées au prix des maisons en France, ça ne paraît pas si cher. Mais le pouvoir d'achat n'est pas le même non plus.

 

Je trouve qu'habiter au bord de l'eau (si on ne compte pas les "bibittes" que cela implique, ça vient avec, on ne peut pas faire autrement) est tellement reposant! Le bruit de l'eau, le calme permanent, la sérénité qui vient avec la tranquilité si typique de l'eau. Pour se détendre, déconnecter de la vie en ville, se ressourcer, l'eau, c'est extra. J'ai toujours dit, depuis que nous avons pris la décision de venir habiter ici, que j'aimerais une maison au bord de l'eau. Je confirme que tous mes coups de coeur au Québec se trouvaient au bord ou à une distance très raisonnable d'un plan d'eau.


 

Retour à Montréal. Nouvelle surprise, nouveau rebondissement, une "congestion" (terme québécois pour indiquer un bouchon)! En gros, on a mis presque une heure à traverser la ville et on a entendu le feu d'artifice (qui avait l'air du feu de Dieu, d'ailleurs... on avait mis la radio, puisque l'on retransmet la musique des feux en direct et on entendait les spectateurs applaudir, hurler et siffler leur engouement...) et on a vu quelques artifices du bouquet final. Les États-Unis officiaient cette semaine et apparemment, ils ont mis les petits plats dans les grands!! Dommage, trop de bâtiment dans cette ville, beaucoup trop!

 

Pour résumé donc, du soleil, de la nature, de l'histoire et du bonheur à l'état pur... une journée qu'on n'oubliera pas de sitôt! Je suis en amour avec le Québec, je crois!

 

Commenter cet article